Le Jardin botanique de Kisantu

Pancarte indiquant l'entrée du jardin botanique de Kisantu
Pancarte indiquant l’entrée du jardin botanique de Kisantu

Le Jardin botanique de Kisantu fait la fierté de la contrée. Jean-Paul Makengo retrace succintement son histoire et

Créé en 1900 par le frère Justin Gillet de la Compagnie de Jésus, Jardin botanique de Kisantu constitue une fierté touristique pour la province du Kongo Central et pour la RDC dans son ensemble.

Origine

A son arrivée au Congo en 1893, le frère Justin Gillet se voit confier l’entretien du jardin de la mission de la Compagnie de Jésus ; parallèlement il s’intéresse à la flore locale et se lance dans des essais de cultures vivrières.

En 1898, il commence la plantation d’un premier jardin sur le plateau de la mission de Bergeyck-Saint-Ignace à Kisantu. L’année suivante, l’État indépendant du Congo lui accorde un subside pour le jardin, et en 1900, le plateau étant trop exigu, il l’installe dans la plaine fertile de l’Yindu (affluent de l’Inkisi), sur une superficie de 100 hectares, protégée par une digue et irriguée par un réseau de canaux et de rigoles.

À l’origine destiné à la culture des fruits et des légumes nécessaires à la communauté de missionnaires, le jardin du Frère Gillet alimente les colons de Thysville et d’autres localités du Bas-Congo jusque Boma et Léopoldville.

Portrait du Frère justin Gillet
Portrait du Frère justin Gillet

Il devient aussi un jardin d’essais où sont introduites et acclimatées des espèces intéressantes pour le pays, et un jardin botanique où sont transplantées les espèces les plus caractéristiques de la flore indigène.

Le jardin d’essais rassemble de nombreuses variétés d’agrumes et autres arbres fruitiers tropicaux, comme le mangoustanier d’Indonésie, ainsi qu’une collection de plus de 50 variétés de bananiers à fruits comestibles et ornementaux. Le frère Gillet expérimente aussi de nombreuses variétés de manioc et de riz et introduit une nouvelle variété de pomme de terre. Aux collections d’espèces locales s’ajoutent d’autres espèces tropicales obtenues grâce à des échanges avec d’autres jardins botaniques tropicaux du monde entier (Eala, Buitenzorg, Peradeniya, Rio de Janeiro…).

Un premier catalogue des collections est publié en 1909 : 600 espèces et variétés y sont recensées. Un deuxième catalogue qui liste quelque 1 000 espèces et variétés paraît en 1913. La dernière édition du catalogue, datée de 1927, est un véritable guide des cultures tropicales et subtropicales, énumérant 1 775 espèces et variétés cultivées à Kisantu.

Période post-coloniale

Le jardin de Kisantu, qui était à son apogée sur le plan scientifique entre 1958 et 1960, s’ouvre au tourisme en 1972 avec l’aménagement d’une route et de diverses structures d’accueil ; 125 ha de savane sont ajoutés aux 100 ha du jardin du frère Gillet. Dès 1976, avec la zaïrianisation qui a aussi pour conséquence le départ du dernier directeur belge, Luc Pauwels, l’activité scientifique est délaissée au profit du culturel et du tourisme, favorisés par la création du Département de l’Environnement, de la Conservation de la Nature, et Tourisme. Le jardin manque cruellement de moyens pour gérer ses collections, mais le nombre de touristes continue à croître. La Compagnie de Jésus cède le terrain à l’État Congolais qui en confie la gestion de l’Institut des Jardins zoologiques et botaniques du Congo (IJZBC) créé en 1978.

Dans les années 1990, le jardin dont les collections sont encore entretenues tant bien que mal comporte, entre autres, une palmeraie (127 espèces), un arboretum de 200 espèces indigènes, une serre de plantes succulentes (147 espèces), une collection d’orchidées.. L’espoir de jours meilleurs renaît grâce à la nouvelle culture de l’environnement qui se développe en Afrique et au soutien d’organisations internationales comme l’UICN, le WWF, le BGCI et l’Association africaine des zoos et des aquariums (PAAZAB)… hélas, au moment de la rébellion contre Mobutu, en 1997, les collections sont pillées et l’armée rebelle installe ses quartiers dans le jardin.

Réhabilitation et perspectives d’avenir

En août 2004, un accord est signé entre le Jardin botanique national de Belgique et le WWF pour la réhabilitation du Jardin botanique de Kisantu dans le cadre du programme de « Renforcement des capacités de gestion de l’ICCN et appui à la réhabilitation d’aires protégées en RDC » financé l’Union européenne.

Au terme de la première phase du projet, trois ans plus tard, la serre des plantes succulentes est restaurée et divers bâtiments sont rénovés pour améliorer les capacités d’accueil et permettre ainsi au Jardin botanique d’assurer des formations en botanique et de sensibiliser le public à la conservation de la nature. Le barrage assurant l’alimentation en eau du jardin, qui avait cédé lors de fortes crues, est reconstruit.

En 2011, le jardin du frère Gillet a retrouvé sa splendeur d’antan.

Publicités