Plan d’urgence de 100 jours: des promesses et des attentes à combler pour le territoire de Madimba

La réhabilitation de la RN16 est une priorité pour les Ne Kongo de Kisantu
La réhabilitation de la RN16 est une priorité pour les Ne Kongo de Kisantu

Dans cette tribune, Michel-Dépardieu N’lassa, économiste et président de la Société des amis du Journal de Kisantu (SAJDK), revient sur le rôle de la RN16 dans le commerce et les transactions et sur les attentes de la population en termes d’infrastructure. Il formule l’espoir que les promesses du Président Félix Tshisekedi dans le cadre du Programme d’urgence des 100 jours ne resteront pas lettre morte.

On se souviendra qu’en date du samedi, 2 mars 2019, 36 jours après son investiture à la magistrature suprême le président de la République Démocratique du Congo, Monsieur Felix Antoine Tshilombo Tshisekedi a présenté à la nation son plan d’urgence, figure de proue des cent premiers jours avenir.

De la représentation du peuple venu nombreux à l’échangeur de Limete à Kinshasa, du peuple suspendu devant les postes radio et sur les petits écrans à travers le pays, chacun voulait savoir en quoi ce plan des 100 premiers jours du Chef de l’État serait un plan de sauvetage pour lui et son terroir à travers les différents secteurs énoncés : social, santé, sécurité, éducation, infrastructures, eau et électricité, habitat et justice.

Ce plan d’urgence, dont le discours du Président Felix présente succinctement les grandes lignes, a été également appuyé par des interventions techniques des experts (Office des routes, FPI, OVD…).

L'état de la RN16 laisse à désirer. Pendant la saison sèche, les passagers et le svéhicules sont soumis à rude épreuve
L’état de la RN16 laisse à désirer. Pendant la saison sèche, les passagers et le svéhicules sont soumis à rude épreuve

Le Kongo central est revenu plusieurs fois dans le discours phare du Président, et le Territoire de Madimba n’est pas resté en marge dans ce plan d’urgence. Dans le chapitre de l’électricité, des infrastructures routières et modernisation des ponts, la population du Territoire de Madimba a pu mettre dans sa gibecière un gros chèque… Reste à savoir, dans les 97 prochains jours, si le chèque est en bois ou s’il a une provision pour les Madimbadiens et les Kisantois.

Les promesses du Président

Il a été mentionné que le Kongo central se verra doté des logements sociaux (habitat), de la construction d’une centrale à gaz à Moanda (énergie), des transformateurs (électricité), de l’eau potable (eau), de la réhabilitation de la Route Nationale n°1 (tronçon Mbanza-Ngungu-Kinshasa, via Kisantu) en général.

En particulier pour le Territoire de Madimba, trois engagements dont la première et la deuxième touchent la colonne vertébrale du Territoire de Madimba, il s’agit de : la réhabilitation de la route nationale n°16 (RN16).

La RN16 est effectivement la colonne vertébrale de notre territoire. Elle part de sa jonction avec la RN1 à la hauteur de l’Hotêl Belle vue à Inkisi (Kisantu), allongeant le Jardin botanique de Kisantu (JBK) dans son premier Kilomètre, et se poursuivant jusqu’à Kimvula à 200 km du point de départ.

Le chèque reçu du Président de la République fait mention de la réhabilitation du tronçon Inkisi (Kisantu) – Ngidinga qui représente 80 km de route. Nous osons espérer qu’après les 100 premiers jours viendra un deuxième plan d’urgence de la première année du quinquennat qui va poursuivre la réhabilitation de ladite route dans ses 120 km restants.

Une route dont l’importance économique n’est plus à rappeler

Lorsque nous affirmons que la RN16 est la colonne vertébrale du Territoire de Madimba, c’est vouloir faire comprendre que bon nombre des routes de desserte agricole sont reliées à elle et cela sur 200 km.

Lorsque nous savons que 90% de la population du Territoire vit ou est dépendante de l’agriculture, la RN16 est et reste, un levier de croissance du revenu agricole des producteurs paysans, développant la filière commercialisation des produits locaux.

Quitte à se pencher, dans un avenir très proche à la réhabilitation des routes de desserte agricole qui sont presque inexistantes actuellement. Et nous en appelons aux élus du peuple (députés nationaux et députés provinciaux) des territoires de Madimba et de Kimvula de mener ensemble le plaidoyer en faveur du prolongement des travaux de réhabilitation sur les 200 km de la RN16 et de la prise en compte des routes des dessertes agricoles (kadi « Bodi mbuta, bukaka n’songu »), car l’union fait la force.

Une priorité pour le Conseil d’administration de l’Université Kongo

L’intérêt de la réhabilitation de la RN16 est à la fois communautaire et prioritaire pour la société civile et savante du Kongo central. Intervenant le 2 mars à l’intention de la Société des Amis du Journal de Kisantu au soir du discours du Chef de l’État, l’honorable Simon Mboso a indiqué que « le programme des 100 jours du Président Flix Tshisekedi avait retenu la réhabilitation de la RN16 Kisantu-Ngidinga et le remplacement du pont Mfidi. Un mémo adressé au Président de la République par le Conseil d’Administration de l’Université Kongo avait repris cette route dans les priorités du Kongo central ».

Les Madimbadiennes et Madimbadiens en félicitent le Président de la République pour la considération de l’expression d’un peuple à travers l’Université Kongo, et encouragent le leadership incarné par le Conseil d’Administration de cette Université.

Des rendez-vous ratés

Plusieurs fois les gouvernements se sont donné rendez-vous sur cette route, depuis le Zaïre où nous avons assisté à des coups de pioche de lancement du Premier ministre Léon Kengo, avec le programme PAR de l’Union européenne.

Le pont de Mfidi constitue aujourd'hui un dange pour les usagers
Le pont de Mfidi constitue aujourd’hui un dange pour les usagers

En 2007, on se souviendra que le Président de République sortant a donné le lancement des travaux de réhabilitation de cette même RN16 depuis un bulldozer à la place de la poste (à côté de l’hôtel Belle Vue). Malheureusement, ce lancement est resté sans travaux par la suite.Les Madimbadiennes et Madimbadiens espèrent que cette fois-ci les promesses ne resteront pas lettre morte.

Il est urgent de réparer le pont de Mfidi

Le pont Mfidi est jeté sur la RN16 à 70 km de la Ville d’Inkisi (Kisantu) après le Centre de Kimpemba avant d’atteindre Ngidinga. Ce pont qui est dans un état de délabrement super avancé n’est pas praticable aux yeux des personnes sensées.

Le pont de Mfidi Malele ne tient plus que grâce au volontarisme des villageois
Le pont de Mfidi Malele ne tient plus que grâce au volontarisme des villageois

Mais comme les gouvernements congolais qui se sont succédé après 1998 sont restés insensibles aux cris de son peuple meurtri, c’est au risque et péril de leur vie que les transporteurs et commerçants engagent leurs véhicules et marchandise sur ce pont qui ne tient plus que par l’altruisme des villageois avec du bois de fortune. Même la traversée à pied demande du cran et de la foi de la part des usagers.

Un vestige de la guerre de 1998

Le pont a été détruit en 1998 les rebelles infiltrés des Tutsis fuyant l’assaut de l’armée régulière lancé à partir de Nsona-Mbata pendant la guerre d’agression de la coalition ougando-rwando-burundaise. C’est à cette époque que le Patriarche Yerodia Abdoulay Ndombasi avait lancé ce mot d’ordre aux Ne Kongo : « Mu n’toto Kongo, Bina bimpumbulu, kalubagani masa ko, kikedi ko, dioko ko, … bafua nsatu ye kiwina… » (Ces hommes rebelles sur le sol Ne Kongo qu’ils ne trouvent ni de l’eau, ni tapioca ni manioc… qu’ils crèvent de faim et de soif…).

Un nouveau transformateur pour oublier les délestages

L’installation d’un nouveau transformateur au poste d’Inkisi. La Ville d’Inkisi n’a pas échappé au rythme des délestages et panne générale des cabines laissant parfois pendant deux mois des quartiers sans électricité. En cause, la vétusté des cabines desservant les cités et quartiers d’une part, et l’incapacité du transformateur central (5 MVA) pour alimenter les différentes cabines déployées dans les différents agglomérations, cités et quartiers dont la demande en consommation domestique augmente avec l’expansion démographique.

Le plan d’urgence de la République vient à point nommé pour les citadins d’Inkisi (Kisantu). Le remplacement du vieux transformateur par un nouveau transformateur d’une capacité de 10 M VA va doubler la capacité de distribution.

Une inquiétude persiste chez les citadins de Kisantu, car cette solution résoudra le problème de délestage dit « feeder », mais pas celui des délestages dits de « cabine ». Le premier type de délestage consiste à couper un départ du transformateur central saturé vers des cabines résidentielles (feeder), tandis que le second délestage (cabine) consiste au refroidissement d’une cabine résidentielle saturée. Du coup, chaque quartier connaît au moins trois jours de délestage par semaine, dont deux délestages cabine et un délestage feeder. « Mal an, bon an », grâce à cette décision du Président de la République, les Kisantoises et Kisantois vont voir la SNEL réduire de trois à deux le nombre de délestages hebdomadaire. Nous apprenons, au moment de cette rédaction que le pont à remplacer sur la rivière Mfidi vient de quitter Kinshasa pour le Kongo central.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s