Gabriel Mokia : « Aucun professeur ou moniteur de l’école primaire ne touchera moins de 400 dollars »

Gabriel Mokia en campagne
Gabriel Mokia en campagne

Source : Gabriel Mokia : « Aucun professeur ou moniteur de l’école primaire ne touchera moins de 400 dollars »

Gabriel Mokia est candidat n° 16 à la présidentielle du 23 décembre 2018 sous le label d’indépendant. Il dit vouloir présider le pays pour résoudre trois problèmes : la sécurité, l’économie et le social qui sont les trois piliers de son programme de gouvernance s’il est élu président de la République.

S’il est élu, Gabriel Mokia compte déployer 20 000 hommes des troupes à la frontière entre la RDC et ses deux voisins l’Ouganda et le Rwanda. Ceci, dit-il, pour empêcher ces derniers de faire des incursions à répétition sur le sol congolais. Il considère qu’il est le seul candidat à l’élection présidentielle qui peut résoudre les problèmes liés à l’insécurité dans l’est du pays.

Au chapitre de la santé, le candidat n° 16 a mis l’accent sur la maladie à virus Ebola qui sévit à Beni et dans la province de l’Ituri. Pour lutter contre cette maladie dans le contexte actuel, Gabriel Mokia veut lui-même aller palper du doigt la nature de cette maladie, avant d’envisager une stratégie d’éradication.

Concernant la réforme de l’éducation, Gabriel Mokia a l’idée d’assurer un bon traitement salarial au moniteur de l’école primaire et au militaire. « Aucun professeur ou moniteur de l’école primaire ne touchera moins de 400 dollars », promet-il. Le même traitement sera également garanti aux militaires et policiers, assure-t-il.

Fort de son expérience dans le domaine du commerce du café qui a chuté depuis plusieurs années, Gabriel Mokia veut aujourd’hui remettre ce commerce sur les rails. « S’il y a la paix, les gens vont produire davantage au niveau des villages et vont va amener ces produits vers les centres de consommation. On va exporter et l’Etat va tirer des taxes sur tous les plans », a expliqué Gabriel Mokia.

S’il est élu président de la République, il a l’idée de nommer un Premier ministre ressortissant de la province du Kongo Central.

Gabriel Mokia est interrogé par Pellet Kipela.

Publicités